ACTUALITÉS 25 Février 2019

La voie des plantes

Hommes, plantes et savoirs traditionnels en Amérique du Sud. L’article invite les personnes intéressées par le sujet à un financement participatif.

 

Echanges entre Aurélie Marques et Louis Bidou. Accompagnés de Jean-Pierre Loisel (Institut National de la Consommation) et de Michel Hourdebaigt (Commissariat Général au développement durable).

 

 

Les propos tenus n'engagent que les personnes interviewées.

 

 

Aurélie et louis, pourriez-vous nous présenter le projet  "La voie des Plantes ?"

 

 

La voie des plantes est une série documentaire développant les liens qui unissent des peuples autochtones d'Amérique Latine à leurs plantes sacrées. Pour l'instant, il s'agit d'une série autoproduite qui a débuté sur un coup de cœur !

 

Nous lançons bientôt un financement participatif, suivez ce lien : https://fr.ulule.com/la-voie-des-plantes/coming-soon/

 

Dans sa genèse, La voie des plantes est le résultat d'un cheminement personnel : bousculés par les enjeux écologiques de notre époque, nous cherchions à appréhender différemment notre environnement au quotidien. L'une (Aurélie), initiée aux plantes médicinales, l'autre (Louis), particulièrement marqué par un séjour au sein d'une communauté autochtone de Colombie, nos sensibilités convergeaient vers les pratiques et savoirs botaniques des peuples indigènes. Le projet est ainsi né.

 

Cependant la série présentée ne raconte pas notre histoire. Elle est celle des hommes et des femmes qui, par leurs approches des plantes, tendent un miroir à nos sociétés contemporaines.

 

Dans le premier épisode, nous découvrons à quel point l'identité d'un peuple peut être liée à une plante. Le mythe d'origine des Satéré Mawé du Brésil raconte que le premier homme et la première pousse de Guarana sont nés de la même graine. Aujourd'hui, ils entendent défendre l'autonomie de leur territoire à travers le commerce équitable de leur plante.

 

Pour eux, “commerce équitable” et “écologie”ne sont que des mots nouveaux pour une réalité ancienne. Depuis longtemps, leur savoir-faire traditionnel leur permet de produire du Guarana en respectant la biodiversité de leur forêt.

 

C'est le “premier modèle” de production, le plus sensé.

 

Le contre modèle étant la production aujourd'hui massive de Guarana en monoculture, qui transforme profondément les équilibres naturels de la forêt.

 

 

Le second épisode raconte comment le centre de soin Takiwasi au Pérou tente de soigner la toxicomanie. Le centre propose une alternative à l'hyper-médicalisation du soin en associant psychothérapie et médecine traditionnelle amazonienne.

 

Sur place, l'usage des plantes est indissociable des pratiques rituelles. Cette science, experte du monde symbolique, considère la spiritualité comme élément central de la santé et interroge les limites de la médecine conventionnelle.

 

Dans le troisième épisode, nous partons dans les Andes boliviennes à la rencontre de la dernière lignée des guérisseurs Kallawaya. Déjà médecins officiels des Incas, les Kallawaya parcourent trois étages écologiques pour rassembler une pharmacopée de plus de 2000 plantes.

 

Mais leurs connaissances et leur culture sont désormais menacées par la modernité. En 2003, ces savoirs ancestraux ont été reconnus patrimoine immatériel de l'humanité, par l'UNESCO.

 

Au fil de ce parcours, se dévoile également le rôle plus complexe et subtil joué par les plantes... Au centre de soin Takiwasi au Pérou, elles permettent aux guérisseurs d'accéder au “monde invisible”, celui des esprits.

 

Chez les Satéré Mawé aucune décision importante ne peut être prise sans que le Guarana ne soit absorbé. La plante apporte le Wara, le principe de connaissance. Enfin, pour les Kallawaya, les

feuilles de coca sont au cœur d'un art rituel qui leur permet d'invoquer les forces de guérison de la nature. Les plantes composent ainsi un langage spirituel qui nous rattache au mystère de la vie et

manifeste l'inclinaison de l'homme au sacré.

 

 

Comment La voie des plantes approche-t-elle les problématiques écologiques ?

 

A l'heure de la sixième extinction de masse, l'Occident tente de repenser son rapport au vivant, passant d'une logique de domination à celle de coexistence. Mais comment appliquer cette idée au quotidien alors que nos modes de vie digitalisés délitent les liens qui nous unissent à la matière et à l'environnement ?

 

Pour la plupart des citoyens, l'écologie est une cause à défendre...mais une réalité abstraite! Il est essentiel que chacun se réapproprie cette notion d'écologie comme une expérience de vie.

 

Dans notre itinéraire autour des savoirs traditionnels en Amérique Latine, les plantes sont tour à tour nourriture, médecine, objets des mythes, de rituels ou de divinations. Ces pratiques et connaissances

sont autant d'illustrations des relations riches et complexes entre l'Homme et les plantes.

 

A travers ces récits, nous voulons interroger notre modernité : comment reconstruire les liens qui nous unissent à la nature ?

 

N'y-a-t-il pas là un trésor à redécouvrir ? Porter de l'attention à son alimentation, observer la nature, cultiver son jardin, explorer les connaissances botaniques oubliées et se soigner par les plantes…

la transition écologique de nos modes de vie devient alors non seulement “nécessaire”, mais aussi attrayante et source de bonheur.

 

 

Pour aller plus loin

 

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Site : http://lavoiedesplantes-lefilm.com

 

Fcb : https://www.facebook.com/lavoiedesplantes/