Newsletter

L'actualité du commerce responsable
QUESTIONS AUX EXPERTS 04 Mai 2015

Commerce équitable : de belles histoires à (se) raconter

Rencontre avec Olivier Perrin, coordinateur du programme MOVIDA.

 

Parmi les crises que nous traversons, il semblerait que nous souffrons particulièrement d’un sentiment d’isolement toujours plus grand. La société de consommation qui nous entoure de produits pour notre bien-être individuel semble impuissante à combler notre besoin de lien et de rencontres, nos besoins de convivialité au sens fort du terme (de cum-vivere : vivre ensemble).

 

Ce besoin de vivre ensemble qui est un besoin de sociabilité, entretien des rapports subtils avec la logique marchande qui tire ses profits d’une part de la multiplication des équipements individuels (il est bon pour les affaires que chaque consommateur achète son propre produit) et d’autre part de la massification des désirs (que tout le monde souhaite la même chose au même moment, permet dans une logique industrielle de diminuer les coûts et d’augmenter les bénéfices). C’est ainsi qu’une société bien connue a construit son succès commercial en vendant le même produit à des millions de personnes avec pour slogan « think different » : pensez différemment !

Dans ce contexte, une tendance semble se dessiner que l’on pourrait résumer par une aspiration à « moins de biens, plus de lien ». Il semble en effet que les consommateurs aspirent de moins en moins à posséder (de nouveaux objets) et de plus en plus à vivre de nouvelles expériences ou à bénéficier d’un « accès » à un « usage » . Cela ouvre la voix à l’économie de fonctionnalité (acheter un usage plutôt qu’un produit) et à l’économie collaborative appelée aussi économie du partage (satisfaire son besoin grâce à ses pairs)

Or dans l’expérience vécue et l’usage, la présence de moments conviviaux et la possibilité de se sentir relié avec d’autres personnes semblent essentielles. Le succès des réseaux sociaux, qui ont créé de nouvelles modalités pour se relier à d’autres (« amis » virtuels, contacts, communautés…) peut être interprétée comme une manière de répondre à ce besoin de lien. Une autre illustration de cette tendance est le développement de l’économie collaborative qui prend une place importante dans le domaine du transport (covoiturage), de l’hébergement de loisir (location chez l’habitant) ou de la vente de biens entre particuliers et qui répond probablement en partie à cette même logique : retrouver des occasions de faire du lien.

L’ordre des motivations pour s’engager dans ces nouvelles pratiques est intéressant à questionner.
 

 

Olivier Perrin

 

La première motivation est clairement financière : partager les frais d’un voyage, s’héberger pour un coût raisonnable, gagner quelques euros en revendant ses biens sur internet…
La seconde motivation trouve son origine dans ce besoin de lien social : passer un bon moment lors d’un voyage, découvrir le mode de vie des gens qui nous hébergent, accueillir des voyageurs chez soi, ou encore rendre visite à un habitant du quartier pour vendre ou acheter un objet.

Enfin, la dernière motivation (la cerise sur le gâteau) est écologique : on est satisfait de participer à la réduction des émissions de CO2 ou d’occuper un logement qui serait resté vide, ou bien encore de réduire ses déchets en donnant une seconde vie à un objet.

 

On pourrait résumer cela en disant qu’on commence pour des raisons financières, qu’on continue pour des raisons liées au lien social, mais qu’on revendique surtout nos motivations écologiques. On retrouve ici de façon concrète et incarnée les trois dimensions du développement durable : économique, sociale et écologique.


Le commerce équitable dont le succès ne se dément pas, relève probablement du même type de logique : répondre à notre besoin de nous sentir reliés les uns aux autres, de vivre une expérience riche et de donner un sens à nos actes quotidiens.

Bien inséré dans le circuit classique - je trouve les produits équitables dans mon supermarché habituel - le commerce équitable me demande relativement peu d’efforts, comparé à l’engagement dans des pratiques collaboratives par exemple. En comparaison de ces innovations sociales, il s’organise en effet sans bousculer les rôles ni les habitudes. Il y a toujours des producteurs, des intermédiaires, des distributeurs et des consommateurs.

Le commerce équitable participe néanmoins à une nouvelle perception de nous-mêmes comme consommateurs. Acheter équitable nous permet en effet de nous sentir solidaire de situations lointaines que nous devinons douloureuses, sans être obligé de les connaître dans le détail, et surtout, sans pour autant renoncer à notre satisfaction égoïste.

C’est une occasion de réconcilier deux logiques antinomiques : celle du goût pour des produits gourmands qui nous procurent du plaisir et celle du sens et de la responsabilité qui valorise notre image de nous-mêmes.

Faire un achat équitable nous permet peut-être de ressentir notre contribution à la construction d’un monde un peu moins absurde, un peu moins inégalitaire. Cela nous permet de donner un autre sens à nos actes d’achat. En effet, on peut faire l’hypothèse que la petite histoire que nous nous racontons au moment de l’achat ou de la consommation d’un café ou d’un chocolat équitable vient nourrir elle aussi notre besoin de lien et de sens.

Nous pouvons imaginer que le « petit producteur » qui est à l’autre bout de la chaîne de distribution (et parfois à l’autre bout du monde) va avoir une forme de reconnaissance pour notre acte solidaire et qu’un lien peut ainsi se créer entre nos deux réalités si différentes. Un lien où malgré les écrasantes inégalités entre nos deux situations, nous pouvons rêver d’être à égalité de dignité.

Les évolutions récentes du marketing des produits équitables ont d’ailleurs bien intégré cette conciliation des deux logiques de plaisir et d’engagement avec des slogans du type « ce que je déguste (un produit fin réservé aux connaisseurs).... ce que je défends...(L’autonomie, la dignité, la qualité de vie des producteurs) » D’abord le plaisir et ma propre satisfaction, ensuite les valeurs et l’éthique.

On peut noter là aussi que la dimension écologique est généralement bien présente, avec le thème de la biodiversité et la conservation des variétés anciennes notamment. L’achat équitable est donc lui aussi un moyen de répondre aux trois exigences du développement durable, par un acte peu coûteux qui concilie plaisir et responsabilité. C’est un petit geste qui a des conséquences concrètes et qui me permet de me sentir relié à d’autres humains, ailleurs, ce qui nourrit mon besoin retrouver du sens et de contribuer – bien modestement –  à un monde meilleur.


Olivier Perrin
Coordinateur du programme MOVIDA.
En charge pour le programme de la coordination générale et du lien entre les instances, le Ministère du Développement durable, et les équipes de recherche.

http://programme-movida.fr

 

 

Photo :
 

 
Tous les sujets

QUESTIONS AUX EXPERTS

12 Avril 2012

Quel est le marché du commerce équitable, en 2010, en France ?

Martine FRANCOIS, Chercheuse au Groupe de Recherches et d’Echanges Technologiques (GRET)

Ouvrir l'article Quel est le marché du commerce équitable, en 2010, en France ?
23 Septembre 2010

Le site jeconsommeequitable.fr, un nouvel outil pour les consommateurs

Eric BRIAT, Directeur général de l’Institut National de la Consommation

Ouvrir l'article Le site jeconsommeequitable.fr, un nouvel outil pour les consommateurs
04 Septembre 2014

M. Gérald Godreuil présente la Fédération Artisans du Monde

Interview réalisée par Michel Hourdebaigt, Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, et de l'Energie

Ouvrir l'article M. Gérald Godreuil présente la Fédération Artisans du Monde
04 Septembre 2014

Responsabilité sociétale de l'entreprise et commerce équitable

Interview réalisée par Michel Hourdebaigt, Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, et de l'Energie

Ouvrir l'article Responsabilité sociétale de l'entreprise et commerce équitable
04 Septembre 2014

M. Romain Valleur présente l'association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières

Interview réalisée par Michel Hourdebaigt, Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, et de l'Energie

Ouvrir l'article M. Romain Valleur présente l'association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières
16 Septembre 2014

Artisans du monde se dirige vers un retrait du label Fairtrade Max Havelaar

 

Ouvrir l'article Artisans du monde se dirige vers un retrait du label Fairtrade Max Havelaar
Menu thématique :
POURQUOI CE SITE ?

Le site est dédié à une consommation et une production responsable (lire la suite...)

Tous les sujets
DIRECTIVES, STRATÉGIES EUROPÉENNES, LOIS ET DÉCRETS

Une nouvelle loi étend le champ du commerce équitable aux relations Nord-Nord

Nouvelle loi "Economie sociale et solidaire" (loi ESS) du 31/07/2014. Le texte, dans son article 94, élargit la notion de commerce équitable en y incluant désormais les échanges Nord-Nord.

Ouvrir l'article Une nouvelle loi étend le champ du commerce équitable aux relations Nord-Nord
Tous les sujets